Biographie Jacques Chirac

octobre 02, 2020 7 min de lecture

Biographie Jacques Chirac | Incarnez La France

Jacques Chirac, grand président français élu deux fois, celui qu'on surnomme "le bulldozer" né le 29 novembre 1932. 

Aujourd'hui nous allons vous raconter l'histoire de Jacques Chirac dit le Bulldozer. 7 périodes de sa vie dont on est sûr que vous ne connaissez pas l'existence à propos du Président ! Et si jamais l'envie vous venez de rejoindre le monde politique et de vous prendre pour Monsieur Chirac, n'hésitez pas à vous procurer le T-Shirt Jacques Chirac, symbole de la Vème République ! 🏛

t-shirt chirac

1) Jeunesse Jacques Chirac

jeunesse chirac

Jacques Chirac est né dans une famille catholique romaine d'Abel Francois Chirac et de Marie-Louise Valette. Alors que son père était employé dans une compagnie aérienne, sa mère était femme au foyer.

Il acquiert sa formation de base à Paris au lycée Carnot et au lycée Louis-le-Grand. Dans les années 1950, il a décidé de faire carrière dans la fonction publique. Pour la même raison, il poursuit sa carrière académique en obtenant son diplôme de l'Institut de sciences politiques de Paris en 1953.

Après un bref passage à l'université d'été de Harvard, il s'inscrit à l'École nationale d'administration (ENA) en 1957. Deux années de formation rigoureuse pour se classer parmi les meilleurs fonctionnaires français ont porté leurs fruits puisqu'il a été nommé fonctionnaire à la Cour des comptes

 

2) Jacques Chirac, Ministre De L'agriculture

chirac ministre de l'agriculture

Après avoir été ministre de l'agriculture (1972-74) et de l'intérieur (1974), Chirac a été nommé premier ministre par le président nouvellement élu Valéry Giscard d'Estaing en 1974. En raison de divergences personnelles et professionnelles avec Giscard, Chirac démissionne de cette fonction en 1976 et entreprend de reconstituer l'Union gaulliste des démocrates pour la République en un groupe néo-gaulliste, le Rassemblement pour la République (RPR). Le parti étant fermement sous son contrôle, il est élu maire de Paris en 1977 et continue à construire sa base politique parmi les différents partis conservateurs de France.

 

La première campagne de Chirac pour la présidence en 1981 a divisé le vote conservateur avec Giscard et a ainsi permis au candidat du Parti socialiste, François Mitterrand, de l'emporter. Lors des élections législatives de 1986, la coalition des partis de droite remporte une faible majorité des sièges à l'Assemblée nationale, et Chirac est nommé Premier ministre par Mitterrand. Ce partage du pouvoir entre les deux postes était le premier du genre dans l'histoire de la Cinquième République, où, auparavant, le président et le premier ministre avaient toujours appartenu au même parti ou à la même coalition électorale.

 

Dans le cadre de ce partage, appelé cohabitation, Chirac, en tant que premier ministre, était responsable des affaires intérieures, tandis que Mitterrand conservait la responsabilité de la politique étrangère. La réalisation la plus importante de Chirac au cours de son deuxième mandat a été la privatisation par son administration de nombreuses grandes entreprises qui avaient été nationalisées sous Mitterrand. Il a également réduit les impôts sur les salaires et autres taxes afin de stimuler la création d'emplois dans le secteur privé. En tant que candidat du RPR de centre-droit, Chirac s'est présenté à la présidence contre Mitterrand et a été battu au second tour des élections en mai 1988, après quoi il a démissionné du poste de premier ministre. Toujours maire de Paris, il se présente pour la troisième fois à la présidence en mai 1995 et bat cette fois-ci le candidat socialiste Lionel Jospin.

  

3) Le Premier Mandat de Jacques Chirac

1er mandat chirac

En tant que président, Chirac a tenté de réduire les dépenses et donc les déficits budgétaires du gouvernement afin que la France puisse se qualifier pour participer à une monnaie européenne commune unique, l'euro, qui a remplacé le franc comme monnaie unique de la France en 2002. Ses propositions de mesures d'austérité, qui comprenaient le gel des salaires des employés du secteur public et la réduction de certains programmes de protection sociale, ont provoqué une grève générale massive à la fin de 1995. Néanmoins, Chirac a continué à mener des politiques d'austérité budgétaire malgré un chômage qui avait atteint des niveaux records au début de 1997. Espérant obtenir un mandat pour son programme, Chirac a convoqué des élections parlementaires en mai 1997, mais les électeurs se sont massivement prononcés en faveur de la gauche. Sa coalition conservatrice a perdu sa majorité au Parlement, et les socialistes ont pu former un nouveau gouvernement de coalition avec leur chef, Jospin, comme premier ministre. Chirac a également suscité des protestations après avoir autorisé des essais nucléaires dans le Pacifique Sud en 1995 et 1996.

 

En 2002, le parti de Chirac, le RPR, a fusionné avec une partie de l'Union pour la démocratie française et le parti libéral-démocrate pour créer l'Union pour la majorité présidentielle (rebaptisée plus tard Union pour un mouvement populaire, UMP). Au printemps de la même année, malgré les critiques pour divers manquements à l'éthique et les accusations de collecte illégale de fonds contre le RPR, le Chirac a remporté le premier tour du scrutin présidentiel français contre le nationaliste de droite Jean-Marie Le Pen et Jospin, dont la troisième place l'a éliminé au deuxième tour. Grâce au soutien quasi unanime de l'establishment politique au second tour, notamment du Parti communiste français et du Parti socialiste de Jospin, Chirac a été facilement réélu président, remportant 82 % des voix contre 18 % pour Le Pen, soit la plus grande marge de victoire de toutes les élections présidentielles françaises.

 

4) Le Second Mandat de Jacques Chirac

2ème mandat chirac

Le deuxième mandat de M. Chirac, qui a officiellement débuté en mai 2002, sera plus court que le premier ; en 2000, les électeurs français avaient voté par référendum pour faire passer le mandat présidentiel de sept à cinq ans. Le mandat s'est ouvert positivement pour Chirac : la victoire de l'UMP aux élections législatives de juin 2002 a mis fin à la cohabitation du président avec le premier ministre socialiste. Chirac a nommé à ce poste son compatriote Jean-Pierre Raffarin, un homme politique de centre-droit.

 

La première partie du mandat a été dominée par les efforts menés par les États-Unis et le Royaume-Uni pour obtenir le soutien des Nations unies en vue d'une invasion militaire de l'Irak, dont le gouvernement, dirigé par Ṣaddām Ḥussein, a été accusé de posséder ou de tenter de développer des armes de destruction massive en violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. En novembre 2002, la France a soutenu une résolution parrainée par les États-Unis qui exigeait le retour en Irak des inspecteurs en désarmement, qui avaient été retirés en 1998. Au début de 2003, alors que les États-Unis accusaient l'Irak de ne pas coopérer de manière adéquate avec les inspecteurs, Chirac a déclaré que la France opposerait son veto à toute nouvelle résolution du Conseil de sécurité autorisant le recours à la force. Avec le chancelier allemand Gerhard Schröder et le président russe Vladimir Poutine, Chirac a proposé un plan pour renforcer et étendre le régime des inspections, mais les États-Unis l'ont rejeté car il avait peu de chances de réussir. Malgré cela et les efforts ultérieurs de Chirac pour empêcher une guerre avec l'Irak, une coalition dirigée par les États-Unis a attaqué le pays en mars 2003. Le leadership de Chirac parmi les Européens opposés à la guerre a créé une inimitié considérable à son égard dans l'administration du président américain George W. Bush.

 

Plus tard, au cours de son deuxième mandat, la popularité de Chirac a décliné. Son parti, l'UMP, n'a pas fait bonne figure lors des élections régionales et européennes de 2004. Cette même année, Chirac a promulgué une mesure controversée qui interdisait le port du foulard par les jeunes filles musulmanes, ainsi que d'autres symboles religieux, dans les écoles publiques. En 2005, après que les électeurs français aient rejeté l'appel de Chirac à la ratification d'une nouvelle constitution pour l'Union européenne, Chirac a remplacé le Premier ministre Raffarin par Dominique de Villepin. En octobre de la même année, la colère contre la discrimination et le chômage élevé a alimenté les émeutes dans plusieurs banlieues parisiennes fortement peuplées d'immigrants. Les troubles se sont rapidement étendus au reste du pays, ce qui a incité Chirac à déclarer l'état d'urgence. Le prestige de Chirac a encore baissé en 2006, lorsque des manifestations massives ont forcé le gouvernement à abandonner une législation qui aurait permis aux entreprises de licencier plus facilement les jeunes employés. Fin 2006, Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur et président de l'UMP, a annoncé son intention de se présenter à la présidence l'année suivante. Sarkozy a remporté l'élection et, en mai 2007, il a succédé à Chirac.

 

5) Accusations Jacques Chirac 

accusations chirac

Pendant la présidence de Chirac, un certain nombre de ses associés politiques ont été jugés pour corruption. Notamment, en 2004, son ancien premier ministre Alain Juppé a été condamné pour détournement de fonds publics. Chirac, lui aussi, aurait été impliqué dans des affaires de corruption politique, mais il est resté à l'abri des poursuites jusqu'à la fin de son mandat présidentiel. En 2009, un magistrat a ordonné que l'ancien président soit jugé pour des accusations datant du moment où il représentait Paris en tant que maire; Chirac et plusieurs de ses associés ont été accusés d'avoir attribué à leurs alliés politiques des contrats pour des postes inexistants au sein de l'administration municipale. Quelques semaines plus tard, Chirac a été confronté à une deuxième série d'accusations de corruption similaires. Cette enquête officielle portait sur l'utilisation présumée de fonds municipaux par l'ancien maire pour indemniser les membres du parti politique RPR. En décembre 2011, Chirac a été reconnu coupable de détournement de fonds publics et d'abus de confiance. Il a été condamné à une peine de deux ans avec sursis.

 

6) Jacques Chirac récompensé par l'Europe

récompenses chirac

Pour sa contribution exceptionnelle dans le domaine de la politique, il a reçu un certain nombre de prix et de décorations honorifiques de pays du monde entier, dont quelques uns en France, au Québec, en Lituanie, en Autriche, en Roumanie, en République tchèque, au Royaume-Uni, en Lettonie, en Pologne, en Italie, en Russie, en Afrique du Sud, au Portugal, en Norvège, etc.

 

7) La Famille Chirac

famille chirac

Jacques Chirac a épousé Bernadette Chodron de Courcel en 1956 et le couple a eu deux filles, Laurence et Claude. Il a également une fille adoptive, Anh Dao Traxel.

Le 26 septembre 2019 âgée de 86 ans, Jacques Chirac nous quitte. Depuis plusieurs années, il souffrait de pertes de mémoire qui seraient liées à une forme de maladie d'Alzheimer.

 

Maintenant vous connaissez l'histoire du président Jacques Chriac, à présent accomplissez vos plus grands objectifs avec la même discipline que monsieur le Président ! 

collections france


Laisser un commentaire